INSTALLATIONS & PERFORMANCES

Ceremony

JEAN-CHARLES DE CASTELBAJAC

& NOUVELLE VAGUE

Plus de trente ans après sa disparition, le texte de Robert Malaval lu par sa petite fille Edween a résonné sur la scène de la MAC Créteil. Ici pendant plusieurs jours, en 1980, Malaval a jeté son énergie sur ses toiles éclaboussées de paillettes. C’est en souvenir de cette performance que son ami Jean- Charles de Castelbajac évoque la présence/absence du peintre.

Malaval-fantôme. Le rideau de velours rouge est levé. Nous voici réunis pour une «Ceremony». Où sommes-nous quand nous ne sommes plus là ? Malaval est parti et Bela Lugosi’s Dead. Un bruit d’orage traverse la nuit.

 

Le crépitement incandescent d’un feu follet, l’éclair d’un archer luminescent... et dans la lueur des faisceaux de lampes qui balaient la scène, le son rock, intense, d’un riff de guitare.

 

More than thirty years after his passing, Robert Malaval’s text, read by his granddaughter Edween, resonated on stage at the Maison des arts et de la culture in Créteil. There, for several days, in 1980, Malaval focused his energy on his canvases, splashed with glitter. It’s in honor of this performance that his friend Jean-Charles de Castelbajac evokes the painter’s presence/absence.

Malaval-fantôme. The red velvet curtains were drawn. Here we are, reunited for a “Ceremony”. Where are we when we are not here anymore? Malaval is gone and Bela Lugosi’s Dead. A thunderstorm noise reverberates through the night.

 

The incandescent crackling of a whisp, the flash of a luminescent archer… and in the light of the lamps sweeping across the stage, the intense rock sound of a guitar riff.

 

© 2018  Monsieur Jean-Charles de Castelbajac

 -   Réalisation du site : Hubert de Castelbajac

-    Mentions légales

-    CONTACT